NOTAM

Il y a  1 pilote(s) sur ce blogue ou bloc-notes ou  carnet Web (...Ouèbe ?... je préfère Toile mais Carnet de la Toile c'est un peu lourd)

Bonjour et bienvenue !
Je ne suis pas cocardier, mais je regrette de ne pas trouver d'appareils français dans les simulateurs de vol (essentiellement FS 2004 et IL2 ; je ne parlerai pas de ce dernier dans ce blogue). L'histoire de l'aviation ne doit pas passer sous silence des figures comme Clément Ader, Louis Blériot, Jean Mermoz, etc.

Comme je n'aime pas voler en Cessna 172 et que je pratique principalement le vol à vue sur le réseau, je me suis fait un hangar France : avions, hélicoptères, planeurs. J'ai découvert des petits trésors qui ne demandent qu'à vibrer sous vos doigts.
Je sais, je me réveille un peu tard, puisque "Flaïte Simulateur X (decem, donc) est disponible aujourd'hui ; tant pis, de toute façon, je n'ai pas l'intention de passer tout de suite à la version "decem", mon ordinateur s'y refusera...
Lire la suite...

Avions

Jeudi 3 août 2006 4 03 /08 /Août /2006 12:59
Un nouvel appareil vient de voir le jour.
C'est le TB-30 Epsilon, un avion étudié par Aérospatiale, réalisé par la SOCATA et qui a fait son premier vol en 1979.
Biplace en tandem destiné à l'entraînement des pilotes de l'Armée de l'Air.
L'auteur du modèle pour FS2004 est Kylian Bernard. C'est, je crois, sa première réalisation.
L'avion est fin et élégant. Le modèle extérieur est réussi.
Les sons viennent du Mooney Bravo de FS.
La tête des pilotes est animée.
Le modèle n'est pas complètement abouti pourtant : le déploiement des volets provoque une rupture de la structure. Les tableaux de bord 2D et 3D utilisent les jauges (assez laides) par défaut, pas de documentation.
Malgré tout, l'avion est agréable à utiliser ; Bee Gee a participé d'ailleurs à la réalisation du modèle de vol. L'étude approfondie de l'appareil viendra plus tard, si l'auteur corrige certains détails.
Le fichier tb30_epsilon.zip est disponible sur Avsim.com
Par Mickey - Publié dans : Avions
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Samedi 29 juillet 2006 6 29 /07 /Juil /2006 09:59

1909

Auteur : Jean-Michel Castagné
Date de sortie du modèle FS : juillet 2005 (gratuit)
Cotation : **
Lien de téléchargement (bleriot11_r02.exe) : Sur le site de l'auteur


Introduction : Un deuxième Blériot pour FS ! Qui s'en plaindra ? Le modèle date d'un an mais l'auteur continue à l'améliorer. Il vient de mettre à disposition une version plus complète de son appareil (edans l'habitacle virtuel, l'avion est désormais modélisé entièrement) et un fichier de  sons qui essaient de reproduire le vrai moteur Anzani ; une démarche que l'on doit soutenir.
L'archive téléchargée est un exe. (Remarque personnelle : je n'aime pas quand je ne contrôle pas l'installation des fichiers dans mon disque dur. Je préfère savoir ce qu'il y a dedans avant d'installer. J'extraie donc dans un répertoire temporaire et j'installe ensuite manuellement). Pour disposer des sons mis à jour du moteur Anzani, il vous faut télécharger le fichier qui se trouve sur le site de l'auteur (cette page).
Modèle extérieur : Comparé à la modélisation de LoGrasso, l'avion de Castagné est beaucoup plus fin et dégage bien une impression de fragilité. Le bâti du fuselage en bois est de section moins importante et plus réaliste, l'hélice est surtout moins grossière mais peut-être un peu trop fine. Le train d'atterissage est détaillé avec soin, le petit moteur 3 cylindres Anzani parfaitement modélisé en 3D. Toutes les surfaces de contrôle de l'appareil sont animées : gauchissement des ailes, gouvernes, etc. Il n'y a pas de pilote dans l'avion. Seul bémol : la qualité des textures ; des aplats qui ne peuvent rendre justice aux différentes surfaces : bloc moteur, entoilage (transparence absente), montants du train d'atterissage. Les couleurs sont assez désagréables dans l'habitacle virtuel (notamment les textures recouvrant le manche à balai et les surfaces métalliques du compartiment motopropulseur, vraisemblablement du laiton poli). La texture de l'hélice ne rend pas correctement le rendu du bois. On aurait souhaité un effet sali sur le moteur, les parties métalliques, l'entoilage, mais comme je l'ai déjà dit auparavant, l'aspect extérieur m'intéresse moins quand je vole. Le problème du Blériot XI, c'est que, même dans l'habitacle virtuel, nous avons, sous nos yeux, énormément d'éléments texturés (ailes, compartiment moteur...). Cela ne passe donc pas inaperçu.

Cockpits : Le modèle met à disposition un tableau de bord 2D et un habitacle virtuel. Je préfère de loin ce dernier. Le tableau de bord 2D présente trois icônes cliquables (tablette, carte et montre) ainsi qu'un interrupteur pour les magnétos. La position du pilote dans l'habitacle en deux dimensions me semble un peu trop basse et j'ai du mal à voir l'horizon. C'est pour cela que je n'utilise pas cette vue. Dans l'habitacle virtuel, nous pouvons fermer l'arrivée d'essence, manipuler une manette de compensation à la droite du manche à balai (tiens, on pouvait compenser en 1909 ?). Il manque l'interrupteur d'alternateur à droite. Oubli ?
Vous n'avez aucun instrument pour vous aider dans votre navigation. Louis Blériot n'avait même pas de compas quand il traversa la Manche. C'est au jugé tout le temps et ce n'est pas plus mal.
Modèle de vol : N'essayez pas de faire du slalom sur le tarmac de votre aéroport préféré ; vous n'y arriverez pas. Le Blériot XI n'était pas conçu pour évoluer au sol. Le modèle de Castagné reproduit parfaitement cette impossibilité. A l'époque, les mécaniciens alignaient l'avion sur son aire d'envol, le pilote mettait le contact, on brassait et le moteur partait "à fond". Pas de manette des gaz ! Pour atterrir, le pilote coupait l'alternateur. On touchait le sol moteur coupé donc. Enfin, le verbe "toucher" n'est peut-être pas le plus idéal pour évoquer un atterissage en Blériot. C'est plutôt se "fracasser" ! En juillet 1909, Louis Blériot coupa un peu trop haut le moteur, et brisa le train à Douvres. Avec le modèle de Jean-Michel Castagné, les atterrissages seront moins mouvementés, parce que nous disposons d'une manette des gaz. Mais libre à vous de simuler le modèle original : au décollage, manette à fond ; pour atterrir, on coupe l'alternateur. Essayez ! Très amusant !
Le décollage ne pose pas de problème particulier. La rotation s'effecte aux alentours de 40 kts. En palier, il est possible de maintenir les 50 kts sans problème. C'est lent mais c'est déjà plus rapide que l'avion de 1909. La prise de virage est trop franche, car le gauchissement des ailes n'était pas un procédé très efficace. Par contre, il faut être vigilant quand on est engagé en virage pour éviter de perdre beaucoup d'altitude (comme nous n'avons pas d'altimètre !). Le rétablissement après décrochage ne pose pas de problème particulier, la procédure est classique. De toute façon, il est parfaitement inutile de rechercher les grands angles avec cet avion, il n'est pas fait pour ça. A 65 kts, vous serez déjà en survitesse et l'avion risque de subir des dégâts. Dans l'ensemble, le modèle de vol de Castagne s'appréhende moins facilement et pardonne moins les erreurs d'inattention.
Sons : Dans le dossier original, les sons proviennent du Curtiss Jenny. L'auteur vient de mettre un pack (encore en cours de développement semble-t-il) d'un vrai moteur Anzani. C'est celui que j'utilise. Au démarrage, on entend le pilote annoncer "contact" puis le petit 3 cyclindres s'ébroue et pétarade. Au ralenti, le son est très convaincant. Il l'est moins à plein régime. Certes, nous ne disposons que d'une petite vingtaine de chevaux mais l'enveloppe sonore nous paraît trop étouffée et trop aigue à haut régime, certainement une trop grande vitesse de rotation. Mais c'est une excellente base. Il est toujours très difficile d'obtenir avec quelques fichiers .wav le rendu sonore exact d'un moteur.
Documentation : Quelques photos du vol historique de Louis Blériot en 1909. Checklist des plus rudimentaire évidemment. Sur le site de l'auteur, nous pouvons trouver une série de liens vers des sites intéressants. Page de liens.
Comparatif LoGrasso-Castagné : On ne peut s'empêcher de comparer les deux modèles.
Modèle 3D : Castagné (plus fin)
Animations : LoGrasso (pilote)
Textures : LoGrasso (mois fatiguantes et plus riches)
Cockpit 2D : Castagné (absent dans le modèle LoGrasso)
Cockpit 3D : LoGrasso (ils se valent mais textures moins fatiguantes)
Sons : Castagné (reproduction moteur Anzani)
Modèle de vol : Castagné (plus précis)
Documentation : LoGrasso (plus fournie et présence du modèle Quimby)
Conclusion : Difficile donc de choisir parmi ces deux modélisations. Le Blériot de LoGrasso est peut-être plus "grand public" (textures agréables, modele de vol sans surprise et facile). Comme je préfère la difficulté et que j'ai l'auteur sous la main (adresse mail sur son site), je me dirige plutôt vers le modèle de Castagné. L'auteur mérite qu'on l'encourage pour son travail.
Par Mickey - Publié dans : Avions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 5 juillet 2006 3 05 /07 /Juil /2006 11:10

1909

Auteur : Joe LoGrasso/Bill Lyons/Paul Bearsdley
Date de sortie du modèle FS : juillet 2005 (gratuit)
Cotation : **
Lien de téléchargement (09Blerxi.zip ) : Sur Flightsim


Introduction : Cet avion est en réalité l'adaptation pour FS9 d'un modèle conçu pour FS2002. Dans l'archive téléchargée, vous trouverez deux variantes du Blériot XI. Celui de Louis Blériot  bien sûr et celui d'Harriet Quimby. Qui ?? Rassurez-vous, c'est aussi la première fois que j'entendais parler d'elle.  Une petite biographie se trouve dans l'archive mais vous pouvez aller jeter un oeil ou deux sur ce site ou celui-là (tous les deux en anglais). Deux avions donc, mais un seul modèle. La seule différence est le pilote ; Louis Blériot ou Harriet Quimby, cette dernière, souriante, portant fièrement une tenue d'un mauve assez extravagant. L'archive contient également  deux fichiers retraçant les traversées de la Manche par Blériot en 1909 et par Quimby en 1912 (sens Angleterre-France). C'est tellement rare qu'il faut le souligner.
Modèle extérieur
: L'avion, posé sur ses grosses roues de vélo, dégage une impression de fragilité avec son fuselage en bois et son entoilage transparent. Les gouvernes son bien entendues mobiles et sont coordonnées au mouvement du pilote (même les jambes actionnant le palonnier sont animées). De face, l'hélice Chauvière ne passe pas inaperçue. Elle n'est pas aux normes hélas, les dimensions sont trop grossières. C'est aussi le cas des  éléments en bois du fuselage (section trop importante).
Le 3 cylindres Anzani est traité en 3D. Le train d'atterrissage est détaillé et réussi. Les textures sont légères (l'impact sur le framerate est minimal) mais dans l'ensemble, elles manquent de finesse.
Cockpits : pas de panel 2D (absence tout à fait justifiée). Le cockpit virtuel est réussi. Mais il vous faudra voler au jugé, car vous n'aurez aucun instrument, ce qui est conforme à l'original. La principale difficulté du simeur virtuel dans ce cas-là est de pouvoir appréhender l'altitude de l'avion. Il vous faudra donc être très vigilant. Vous pouvez "tricher" cela dit, en tapant maj+z dans FS mais ce n'est plus réaliste. La jauge "huile" à gauche du cockpit n'est pas fonctionnelle.
Modèle de vol : Son auteur est Bill Lyons. Il met bien en évidence la légèreté de l'appareil (320 kg environ). Le souffle hélicoïdal fait danser l'avion sur son train. Le roulage ne pose pas de problème particulier, il est même d'une trop grande facilité. Gaz à fond, nous sommes étonné de décoller très rapidement (aux alentours de 35 kts). Une fois établi en palier, l'avion tient sans broncher les 50 kts. Les manoeuvres sont lentes et demandent de l'anticipation. L'avion renacle à se mettre en glissade, il faut mettre obligatoirement du pied pour changer de direction.
Paradoxalement, nous volons avec un sentiment de sécurité un peu trop prononcé. Le rétablissement après décrochage (25kts) ne pose pas de problème particulier. Dans l'ensemble, le modèle de vol est stable et tolérant, ce qui ne semble pas correspondre à la réalité. Je vous conseille de visionner des vidéos de Blériots restaurés, vous constaterez à quel point ce genre d'appareil volait par miracle. Nous ne pouvons qu'être admiratif devant le courage et parfois la témérité de ces pionniers de l'aviation qui osaient monter à bord de machines expérimentales animées de moteurs poussifs sans savoir s'ils n'allaient pas tomber comme une pierre  après quelques minutes de vol !
Sons : Nous disposons d'un dossier spécifique. Un plus indéniable. Malheureusement, les sons ne sont pas assez exhaustifs. La procédure de démarrage n'est pas incluse. L'échantillonage tourne trop rapidement en boucle, ce qui devient énervant.
Documentation : Les auteurs ont pris la peine de placer un fichier (en anglais) qui retrace l'aventure de la traversée de la Manche en 1909 (la moindre des choses...). Le fichier est au format .pdf, .doc et .txt. A la fin du fichier, quelques liens sans grand intérêt (ou morts aujourd'hui).

Conclusion : Le modèle de Joe LoGrasso et Bill Lyons a des qualités. Voler sur cet ancêtre est agréable mais on aurait souhaité un modèle de vol un peu plus instable et délicat.

Prochaine étude : Blériot XI de Jean-Michel Castagné
Par Mickey - Publié dans : Avions
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Lundi 3 juillet 2006 1 03 /07 /Juil /2006 23:34

1909

Auteur : Joe Binka
Date de sortie du modèle FS : janvier 2005 (gratuit)
Cotation : **
Lien de téléchargement (antoinette.zip) : Sur Avsim ou autres crêmeries.


Modèle extérieur : il est fidèle et rend parfaitement bien le dessin si particulier de cet ancêtre. De surcroît, les textures sont légères. L'entoilage transparent est bien rendu. La tête du pilote est animée d'un mouvement de rotation.
Tableaux de bord : pas de panneau 2D (mini-panneau avec compas et altimètre). Habitacle 3D : l'avion est rustique, il ne faut pas s'attendre à un tableau de bord des plus détaillés. Pourtant, la "planche" est presque trop fournie : jauge d'essence, altimètre, compas, badin, montre, variomètre à liquide et inclinomètre. Les pilotes de l'époque disposaient-ils de tout ceci ? Les jauges proviennent du Vickers Vimy. Certaines d'entre-elles sont difficilement lisibles. On aurait souhaité une action possible sur la manette de commande du moteur et une jauge pour couper l'admission. De toute façon, ces instruments n'ont que peu d'utilité selon nous, l'avion se pilotant avec les "fesses" ; le choix d'éliminer la planche 2D est donc tout à fait compréhensible.
Modèle de vol : Nous savons bien peu de choses sur les performances réelles de l'avion, mais Joe Binka réalise tout de même un modèle de vol crédible. L'avion, selon certaines sources, était délicat en vol, ce qui semble logique car nous sommes en 1909. Les mécaniciens de l'époque, par exemple, positionnaient l'avion pour décoller. Dans FS, nous avons la transposition, mais je n'aime pas l'utiliser (les glissades de l'avion sont surréalistes et on ne sait jamais comment il va se réceptionner en mettant fin à la transposition). Donc le roulage : il est laborieux (logique) mais pas impossible ; l'angle de braquage est très ouvert. Au décollage, la rotation de l'avion se fait en douceur, aux alentours de 40 kts. L'avion donne la sensation d'une certaine légèreté mais il réagit avec beaucoup d'inertie aux commandes ; c'est tout à fait plausible puisque l'Antoinette VII n'avait pas d'ailerons mais utilisait le gauchissement des ailes pour changer de direction. En vol en palier rectiligne, l'avion tient les 60 kts ce qui nous semble un peu optimiste. Selon les documents glanés un peu partout, la vitesse de croisière de l'avion se situait aux alentours de 75 km/h. Mais nous pouvons passer outre, car l'avion en vol ne donne pas l'impression d'aller vite.
Sons : Ce sont ceux du Lockheed Vega de FS. Dommage. Il faut bien sûr essayer de trouver des sons plus adaptés. J'utilise ceux du Nieuport 17 Dorme de A. F. Scrub (n17rdorm.zip).
Documentation : Un petit fichier "history.txt" et c'est tout. On aurait aimé davantage de données historiques pour mettre en perspective, d'autant qu'elles ne manquent pas sur internet. A vous d'aller chercher ces documents si cet avion vous intéresse. Je vous recommande cet excellent site sur l'histoire de l'aviation française et qui regorge de documents au format PDF.

Conclusion : L'Antoinette de Joe Binka est un avion agréable et réussi. Noté avec deux étoiles en raison des sons par défaut fournis dans le "zip" de base. Avec des sons améliorés et une documentation consistante, cet avion peut prétendre aux trois étoiles.
Par Mickey - Publié dans : Avions
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Le Hangar

NOM DU CONSTRUCTEUR Code et nom de l'appareil (auteur du modèle FS) cotation Mickey (explication cotation ici)
En orange, les appareils gratuits, en vert, les appareils payants.

AEROSPATIALE

SA-330 Puma (B. Chauvet) --
SA-315B Lama (FSHeli.ch) --
SE-210 Caravelle 12 (B. Gaurant) 
--
AS-350 Ecureuil (Nemeth)
--
AS-332 Super Puma (K. Furuya) o
TB-30 Epsilon (K. Bernard)
--
SA-365F Dauphin (Pankkonen/Vader)
--

AEROTROPHY
A22 Vision (L. Baron) ***

ANTOINETTE

VII (J. Binka) **

BERNARD

HV-120 (R. Pegram/M. Paine)
--

BLERIOT

XI (LoGrasso/Lyons) **
XI (J-M Castagné) ***

BLOCH

MB-152 (K. Ito) *
MB-152 (EFSC) ****


BREGUET

Br 14 (Restauravia)
--
Br 763 Provence (BarneyBigard/C. Daboudet) ***
Br 765 Sahara (BarneyBigard/C. Daboudet) ***
Br 1050 Alizé (Razbam) --
Br 1150 Atlantic (M. Taccoli/J-P Langer...) 
--

CAUDRON

G.4 (S. Green)
--
C.445 Goéland (Restauravia) *
C.635 Simoun (Restauravia)
*

COLOMBAN

Cri-Cri MC-15 (R. Balu)
--

COUZINET
70 Arc en Ciel III (Pat Grange) -

DASSAULT
MD-311 Flamant (Restauravia) ***
MD-450 Ouragan (Thinus Pretorius) --
MD-454 Mystère IVA (JR Lucariny)
--

MD-454 Mystère IVA (JF Martin/G. Mercier) ***
Mirage IV (Alphasim)
--
Mirage F1 (Kirk Olsson) --

DASSAULT-BREGUET/DORNIER

Alpha Jet E (Alpha Bleu Ciel)
***

DEWOITINE

D.520 (J-M Mermaz)
**

EUROCOPTER

AS-350B3 Ecureuil (FsFrance) --

FARMAN

F-121 Jabiru (J. B. Kristensen)
--

FOUGA

CM-170 Magister (Virtanen/Maliniemi...)
***

ISSOIRE
APM 20 Lionceau (EDAviation) --

JODEL

D9 (EFSC)
****
D11 (Makwa)
*
D11 (Project Sky) o
D112 (EFSC)
***
D140 E Mousquetaire (Coumont) --

LATHAM
47 (A.Belov) --

MAX HOLSTE
MH-1521 Broussard (Y. Koun) --

MIGNET
HM-14 Pou du ciel (W. Carter) **

MORANE-SAULNIER
MS-500 Criquet/505 (G. Hulin) --
MS-760 Paris (D'Attomo/Quai)
*
MS-880 Rallye (EDAviation) ****

NIEUPORT

Nie-XI Bébé (C. Herring) *
Nie-XI Bébé (D'Attomo/Quai) *
NiD-450 (M. Paine/R. Pegram)
--

NORD AVIATION

Nord 262E Frégate (BarneyBigard/J-P Langer/...) --
Nord 500 Cadet (S. Masset)
--

PIEL

CP-301 Emeraude (Restauravia)
****

POTEZ
60 (Makwa) --

ROBIN
DR-221 Dauphin (Fravin/Franckart/Bee Gee) ****
DR-400/180 Régent (Y. Lavigne/F. Banting/.../E. Dantès) *** + fix 2004
HR-200 (M. Stone) --
R-3000 (N. Pike/M. Lieberecht)
--

SNCAN

Nord 1000 Pingouin (G. Kraemer/G. Mercier)
***
Nord 1101 Ramier (Restauravia) ***
Nord 1203 Norécrin (Restauravia)
--

SNCASO

SO-30N Bellatrix (JR Lucariny) --
SO-1221 Djinn (L. Lindh)
--
SO-4050 Vautour IIN (BarneyBigard/J-P Langer/...) ***
SO-4050 Vautour IIN (K. Ito) *

SEPECAT

Jaguar E (Rollus) --
Jaguar Gr.1A (K. Ito)
--
Jaguar A (Rollus) --

SKYRANGER

V MAX (EFSC)
***

SOCATA
TB-9 Tampico (EDAviation) --
TB-10 Tobago (EDAviation) --
TB-20 Trinidad (EDAviation) --
TBM-700 (M. Migaud/C. Breton/Bee Gee...) ****

VOISIN
Canard (Joe Binka) --

WASSMER
WA-21 Javelot II (W. Piper) --
WA-30 Bijave (W. Piper) --

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus